19 juil. 2014

L'Espagne!


Suite au bon temps passé au Portugal avec la famille Bédard, nous devons penser à avancer à voile vers le sud-est. Le chemin est encore long d'ici à Las Palmas dans les Îles Canaries. 

Nous nous rendrons à Cadiz en Espagne. De là nous visiterons cette ville et nous louerons une voiture pour aller rejoindre Martin, Clodine, Alexis et Gabriel pour le congé de la Condédération à Marbella, là où ils ont un condo pour quelques jours.

Notre levons l'ancre de la baie de Portimao au Portugal vers 12h45. Nous serons rendus à Cadiz le lendemain matin. Nous nous attendons à une navigation d'environ 22 heures. 

Nous avons tout l'après-midi pour comptempler la magnifique côte de l'Algarve avec ses escarpements et ses plages cachées dans des cavernes. 


Nous tentons de rester attentifs aux filets de pêche mal identifiés avec leur petit drapeau noir peu visible de nuit...comme de jour. Se prendre dans un filet serait vraiment problématique et nous voulons éviter cela à tout prix. Plonger sous le voilier et aller couper un filet sous la quille et le safran,... on n'en a pas envie, alors on fait attention!  

Vers 23h00, sur le quart de Dave, le vent faibli et les voiles se mettent à claquer. Il démarre donc le moteur et baisse les voiles. À 2h00 du matin je me lève à mon tour pour mon quart de nuit. La nuit est sombre et je n'entends que le ronronnement sourd du moteur. N'ayant aucune voile à ajuster, j'en profite pour observer les étoiles dans le ciel. À 2h15, une étoile filante scintille dans le ciel! C'est toujours un moment magique de voir cela sur cette immense étendue d'eau! :) À 3h00, une autre étoile filante défile sous mes yeux! Je trippe littéralement et ne veut rien manquer alors, je continue de regarder vers le ciel. À 4h00 j'en vois une troisième! Que j'aime ça la nuit en mer...Voilà maintenant que le traffic maritime commence à s'intensifier...je dois alors me concentrer sur les bateaux qui passent tout près de nous. 

À 8h00, nous apercevons au loin un navire de guerre Espagniol à l'entrée de la rade de Cadiz. Ce dernier contacte un bateau sur le VHF et lui ordonne de quitter les lieux puisqu'il n'a pas d'autorisation de se trouver ici. Le capitaine du bateau parle difficilement l'anglais et semble ne pas comprendre ce qui lui est indiqué. Après quelques minutes de discussions qui commençaient à se tendre, le bateau non désiré donne ses intentions de quitter les lieux. Nous n'avions pas du tout envie de se retrouver au beau milieu d'une bataille navale!


Quelques minutes plus tard, nous apercevons à environ 1 mile nautique de nous, une fumée de détresse orange avec quelque chose de petit qui flotte sur l'eau. Tenter de s'approcher nous placerait en travers du navire de guerre espagnol avec risque de collision. Nous décidons de contacter ce dernier. Dave les appelle sur le VHF et leur donne l'information de la position de la fumée orange. Nous constatons par la suite que le bateau de guerre commence à se déplacer tranquillement en direction indiquée... il passe juste à côté à 2 reprises, sans rien faire? L'ont-ils vu? 


Nous n'en savons rien mais nous nous sentons impuissants et nous comprenons mal ce qui se passe. Nous sommes maintenant à environ 2 miles nautiques de la fumée, soit 20 minutes de cette position. Tranquillement le feu orange s'éteint et nous ne voyons plus rien. 
Lorsqu'en compagnie d'un bateaux de guerre en pays étranger c'est toujours quelque chose d'intimidant et d'inconfortable. Nous ne désirons pas de problème avec le pays, les douanes ou l'immigration. Nous collaborons et ne voulons pas nous interposer dans leurs actions. Finalement, nous croyons simplement qu'il s'agissait d'un exercise militaire... On l'espère.


Il est maintenant 9h00 et nous approchons de la vielle ville de Cadiz. Nous avançons au moteur et au génois. Nous découvrons les murs de cette ville fortifiée. C'est un matin magnifique pour comtempler cette superbe vue. La mer est calme, le soleil se faufile dans une brume matinale, il fait déjà chaud et des pêcheurs vaillants agrémentent le paysage avec leur embarcation colorée. À 10h15 nous entrons dans la marina Puerto Americana.



En arrivant, nous rangeons l'intérieur du bateau puisque nous quitterons pour le long congé de la Fédération demain. Nous hissons le pavillon de l'Espagne et nous allons prendre une bonne douche chaude aux salles de toilettes de la marina. Elles sont confortables et semblent propres. Quand tout à coup, j'aperçois une magnifique coquerelle de 1 pouce et demi courir vers moi ! Je sors immédiatement de la douche en prenant un grand souffle et surtout pour ne pas affoler les filles.... Je m'assure immédiatement que nos sacs de linge aient été placés sur les crochets et que rien ne traîne sur le sol. Nous avons établi ces règles de base lorsque nous allons dans des endroits publics afin d'éviter de rapporter de la visite à bord du voilier. Partager notre intimité à bord avec ces demoiselles croquantes serait insupportable.:)

Aujourd'hui nous prenons le reste de la journée pour se promener à l'intérieur de la ville. Nous suivons divers tracés pédestres pour visiter les pricipaux attraits de Cadiz sur une carte procurée à un comptoir touristique en ville. La ville de Cadiz est l'une des plus anciennes cité de l'occident. Elle fut fondée par les Phéniciens juste après la guerre de Troie pour ensuite être conquise par les Cartaginois pour enfin tomber sous l'emprise de l'empire romain et de Jules César. Vers les années 700, elle devient musulmane jusqu'à la reconquête chrétienne vers les années 1260. Par la suite l'histoire de la ville est jalonnée des navigateurs célèbres y ont fait escale, tel Christphe Colomb, Sir Francis Draque, Napoléon, etc...Que d'histoire dans un même endroit!



Notre chaffeur de taxi qui était très sympatique nous a donné l'adresse d'un bar à tapas typique de la ville pour aller manger ces plats tant renommés, "Taberna El Albero", une taverne typiquement espagnole datant du début du siècle. Elle se situe sur une rue nommée "Calle San Felix " qui regorge de petits restos à tapas. Il ne suffit que d'en choisir un.


La Taberna El Albero est un des premiers bars à tapas ouverts dans cette ville. Il est encore géré par la famille. Tout est excellent et à prix très raisonnables. Nous dégustons plusieurs tapas dont anchois grillées choisis par Demi, salade de patate savoureuse choisie par nul autre que Dave, des rasoirs (fruit de mer en forme de coquilles allongées) fraîs crus degustés comme des huîtres, piments rotis épicés... Bref, tout est sublime! 



Sur le chemin du retour vers le bateau, nous parcourrons les rues étroites de la ville et nous nous attardons de temps à autre dans les petites épiceries de quartier pour acheter certains produits locaux, leur pain frais et charcuteries. Quelle ville charmante! 


Hummm... une bonne crème glacée molle! Il y a longtemps qu'on a savouré ce délice!




Tôt le lendemain matin, nous quittons Cadiz en voiture pour rencontrer la famille Bédard à Ronda. Nous nous sommes donnés rendez-vous vers midi. Sur le chemin, nous voyons de grands champs et vallées remplies d'oliviers ou de magnifiques champs de tournesol. À l'occasion, nous pouvons aussi observer des chateaux dans les montagnes entourés de murs fortifiés à l'intérieur desquels les gens y vivent toujours. C'est magnifique et tellement différent de nos paysages québécois!




Nous arrivons à Ronda à midi juste. Tout le monde est au rendez-vous pour découvrir cette ville aux allures romantiques. 




Nous commençons par la visite de la "Plaza de Toros de Ronda " là où, toutes les semaines les corridas avaient lieu. L'arène est spectaculaire et nous pouvons ressentir l'ambiance des spectacles sangulaires de l'époque. Cette plaza est reconnue comme l'une des plus anciennes et des plus belles qui existent. Encore aujourd'hui, des évènements taurins se produisent en septembre de chaque année.






Un musée de costumes des différentes époques est ouvert pour les visiteurs. Nous passons quelques minutes à la visiter.


Au beau milieu de la ville nous passons sur un pont qui surplombe un ravin. Cet énorme pont fait en forme d'arche est impressionnant. Quel beauté d'ingénerie pour cette époque!



E

Une petite marche sur un chemin sinueux et accidenté, nous mène maintenant à comptempler d'un autre angle le pont en forme d'arche. Encore une fois, nous sommes impressionnés de voir cette belle construction qui date de plusieurs centaines d'années.


Nous décidons de s'arrêter manger en ville au restaurant Duquesa de Parcent pour ensuite prendre la route en direction de Marbella, là où la famille Bédard a son condo. 




Sur cette route à flancs de montagne , nous croisons des paysages spectaculaires. Nous nous arrêtons pour comptempler la vue à quelques reprises. Dommage de n'avoir qu'une petite Opel sur ces routes sinueuses et pitoresques...J'en connais qui aimerais bien rouler ici en Aston Marton ou en Maserati! ;-)





Arrivés à leur luxueux et grand condominium (oui en effet tout est grand lorsqu'on sort d'un voilier!), nous prenons le temps de relaxer. Les enfants, Dave et Martin vont faire un tour à la piscine et Claudine et moi, prenons un petit verre de sangria sur la terrasse. 
Quelle vue de la montagne et de la Méditérannée! C'est un mélange de sensations contradictoires allant de  "voyage de ski avec cette montagne,... à un temps beaucoup trop chaud pour ça" ... 



Le soir venu, Claudine et Martin nous concoctent un copieu repas avec entrée de crevettes et plat principal de lapin. Le souper est festif, comme à toutes les fois qu'on se rassemblent. Les enfants ont beaucoup de plaisir à écouter les fabuleuses "histoires de jeunesse des gars". ;)



Le lendemain, nous allons visiter la ville de Marbella, cette ville très achalandée et peuplée. Cet environnement où les hôtels ont poussés les uns après les autres en bordure des rues nous plaît moins. Nous "coupons court" la visite pour fuir la foule et se rendre au bord de la Méditérannée. Nous y sommes enfin...


Les plages sont étroites, "bondées" de gens, le vent est frais aujourd'hui,...  Nous restons assis une demi heure, question de dire qu'on a essayé d'en profiter... Ce n'est pas comme ça que je m'étais imaginé la Méditerranée. Je devrai revenir un jour visiter quelques autres pays qui longent ses côtes. J'y trouverai certainement les images que je m'en étais faites dans ma tête...




Demi a besoin de bouger!


De retour au condo, un autre repas de chef nous est préparé. Nous sommes reçus comme des rois! Merci à vous!



Le lendemain, nous sommes prêts à commencer notre voyage de retour vers le bateau. Nous avons planifié tous ensembles d'aller visiter Gibraltar.  Il serait impensable d'être juste à côté sans aller y faire une visite. La famille Bédard nous accompagnera jusque là où nous nous séparerons ensuite. Sur la route, Dave et moi constatons que nous avons oublié nos passeports sur le voilier. Nous ne pourrons passer le frontière de l'Espagne vers Gibraltar. Nous arrêtons donc notre parcours à quelques mêtres des lignes de Gibraltar et saluons nos amis qui eux, traverserons voir cette montagne et ce détroit célèbre.


Le rocher de Gibraltar...endroit mythique s'il en est un...

C'est avec un pincement au coeur que nous nous quittons. Ces quelques journées improvisées avec vous au Portugal et en Espagne nous a fait un grand bien! Nous avons eu beaucoup de plaisir à vous revoir et partager ces moments avec vous. Bon retour au Québec!

De notre côté, faute de pouvoir aller à Gibraltar, nous sillonnerons  la côte de l'Espagne d'est en ouest afin de voir le détroit de Gibraltar entre l'Espagne et l'Afrique du Nord. La journée est magnifique et les paysages sont splendides. Que demander de mieux!



 
Nous nous arrêtons dîner à Tarifa, ville reconnue pour la planche àa voilet et surtout le kyte! Les plages et l'eau sont magnifiques. Difficile àa imaginer que nous sommes seulement à quelques milles de Gibraltar et que la nature y est aussi belle.





Il est maintenant temps d'avancer à voile pour continuer vers notre destination finale " Les Canaries". Une fênêtre météo se présente possiblement pour demain. Nous devons la prendre sans tarder. 



Enregistrer un commentaire