25 janv. 2015

La Martinique... Et nos réparations...


Après avoir reçu la visite de la famille de Dave et la visite de Corinne et Yves, il est temps de penser à se diriger vers une autre destination. Mais avant tout, nous devons faire quelques travaux sur le bateau. Ménage de l'intérieur, lavage des draps et vêtements, approvisionnements, réparations diverses, plein d'eau, de diésel, de gaz et de propane. Du travail sans relâche pendant 2 jours pour de simples tâches qui n'auraient pris que quelques heures à la maison. 

Nous devrions pouvoir quitter bientôt pour se rendre dans les îles du sud, dont Bequia, Mustique, les Tobaco Cay's.... Apparemment, petit paradis terrestre....et un endroit tranquille pour que Dave puisse travailler sur son projet.

Une demi-heure avant d'aller au lit, David me mentionne vouloir dégivrer le congélateur. Pas facile de ne rien faire quand on est un "optimisateur"... Il prend en main la situation. Il sort marteau de caoutchouch et ciseau à bois. Pas de temps à perdre avec la glace qui pourrait prendre toute une nuit à fondre. De toutes façons, avec un marteau de caoutchouch il n'y a rien à craindre,... Je ne peux pas en dire autant avec un ciseau à bois.... Mais bon je le laisse prendre cette initiative...
Un petit coup de marteau, deux petits coups de marteau, trois petits coups de marteau... soudainement on entend psssitts psiisssit.... Voilà , c'est fait! Le "fréon" s'échappe de la plaque de réfrigération perdant du même coup toutes nos sources de conservation des aliments. 
Quelle optimisation! ;) Nos projets de quitter demain pour le sud sont désormais évanouis.. .il faudra réparer chez un frigoriste...mais où???

Aux premières heures du matins, nous partons recueillir toute l'information nécessaire sur internet. Nous allons rencontrer et discuter avec certains spécialistes de Ste-Lucie. Après une journée de recherches intenses nous avons une décision à prendre. Soit nous restons ici à Ste-Lucie pour faire réparer le tout ou nous quittons pour la Martinique au Port du Marin, reconnu comme un centre de plaisance de première qualité avec tous les spécialistes possibles sur place.

Notre choix s'arrête sur la Martinique. La facilité à trouver des pièces et des personnes qui s'y connaissent au niveau de réparations techniques marines est beaucoup plus importante. En bonus, les équipages du voilier Ercolausa et du catamaran Avatar rencontrés aux Bahamas l'an dernier sont aussi en Martinique. Il sera vraiment agréable de les revoir à nouveau. De plus, le catamaran familial 99Bottles avec qui nous avons fait la dernière traversée de l'Atlantique y est aussi. 

Nous quittons donc la marina et nous allons s'ancrer dans la baie de Pigeon Island  pour quitter tôt le lendemain matin. 



Le matin venu, la baie est relativement calme mais nous savons que la traversée d'environ 4 heures de Ste-Lucie à la Martinique ne sera pas de tout repos. Nous serons au près très serré avec des vents de plus de 25 noeuds et une bonne mer. Comme nous n'avons plus de réfrigération, nous devons y aller!

À la sortie de la baie nous croisons un ancien bateau de croisière du Club Med.


À peine passés la pointe de Pigeon Island, la mer grossit et le vent forcit tout autant. Des pointes allant de 25 à 35 noeuds au près serré font giter Morning Haze comme il y a un bon moment qu'on n'avait pas eu besoin de le faire. Grande voile arisée à 2 ris et foc #4 seront nécessaires dans ces conditions. Nous devons naviguer au près très serré pour s'assurer d'arriver à destination et ce, dans les temps estimés, sinon les vents et les courants nous déporterons trop à l'ouest. Depuis le début de toute notre aventure, Demi n'a été malade qu'une ou 2 fois,... Aujourd'hui elle est malade en mer. Ce sont des conditons qui ne sont pas faciles.

À l'approche de la Baie Ste-Anne, les conditions s'améliorent.



Arrivés au sud de la Martinique, nous prenons place à quai pour s'assurer que la réparation soit des plus rapides. Le lendemain, notre réparateur Fréderik de Tilikum inspecte le tout et nous mentionne qu'il devrait être capable de récupérer la plaque de congélation en y exerçant une soudure d'aluminium. Ce n'est pas garanti que ça fonctionne mais avant de changer une telle pièce, nous pourrions l'essayer. Nous devons donc tout démonter entre le compartiment de congélation et le compresseur localisé en dessous des sièges du carré. Notre prochain défi sera de ne rien briser en plus! Tout un défi!  Après deux journées à travailler dans des espaces exégus par temps chaud et humide, le frigo et le congélateur fonctionnent enfin à nouveau! ;)))

Je ne vous cache par la hâte de quitter le ponton afin d'aller rejoindre nos amis du catamaran 99Bottles au mouillage dans la baie Ste-Anne. Nous quittons en fin de journée compte tenu de l'heure tardive de la fin de notre corvée. 
Nous arrivons à l'ancrage et à ma grande surprise, le guideau (pièce essentielle pour jetter et remontrer la chaîne et l'ancre) cesse de fonctionner une fois que j'ai laissé dérouler la chaîne d'environ seulement 10 pieds. Je cours à la barre alors que Dave se propulse à l'étrave pour ouvrir les contacts électriques et tenter de faire fonctionner le tout. Au bout de quelques tentatives infructueuses, nous descendons l'ancre manuellement et réussissons à s'ancrer. ;)

Une fois bien ancré avec Dave qui ne tolère rien qui ne fonctionne pas à 100% sur le bateau... Nous allons jeter un oeil sur le moteur et le relais du guindeau situé dans un compartiment avant du bateau. Il se situe entre deux cloisons à l'avant de notre cabine. Nous découvrons que l'arbre du guideau et les contacts sont couverts de rouille. Juste avant notre départ il y a un an, tout était en parfait état lors de notre inspection. Nous sommes un "tantinet" découragés par cette découverte surprise d'aujourd'hui. Nous allons nous coucher un "brin tracassés". Nous verrons demain...

Au petites heures du matin, je me lève doucement et découvre une luminosité surprenante dans le cockpit. Je prends quelques photographies de ce spectacle éblouissant. Je n'ai pas assez de mes 2 yeux pour tout regarder et pour tout capturer. C'est tout simplement beau. Je me laisse emporter par cette splendeur.




Encore une autre journée à chercher à régler un problème...cette fois celui du guideau. Recherches sur internet, visite de boutiques marines et consultations de divers spécialistes... Ils ont tous leur opinion, tout dépendant de leur fonction et leur emploi... Les uns nous disent de changer le guideau, d'autres de réparer... Mais chose certaine, il y a un problème qui doit être réglé. Mieux vaut régler le tout ici avant d'être coincés dans un endroit où il n'y aura aucune commodités. 

Notre propre conclusion: les joints d'étancheïté doivent être changés et probablement les roulements aussi. On espère que l'arbre est intact.  Après maintes recherches, nous trouvons sur internet les pièces en Angleterre. Ells seront livrés dans une semaine en Martinique.

Cette semaine, nous prenons une petite pause "travail sur le bateau" et reprenons une vie un peu plus normale. Comme à tous les jours, en avant-midi, les filles font leurs devoirs d'école et David travaille dans son projet de recherche. Ensuite, sur l'heure du midi, les enfants rejoignent à la nage ceux du catamaran 99Bottles et jouent dans l'eau autour de nos bateaux.




Le dimanche, alors que nos amis Ercolausa ont leur journée de repos, nous allons se baigner sur la plage Ste-Anne entre amis, et faire quelques sessions d'apnée. Passer du temps entre amis c'est toujours agréable!


Demi et Noor se lancent la balle rebondissante et ont beaucoup de plaisir à jouer ensemble.


En après-midi, Dave donne un cours de planche à voile aux enfants de 99Bottlles. Ils ont reçu cette nouvelle planche pour  Noël.


Plus tard, nous allons tous manger, les quatres équipages ensemble (Ercolausa, Avatar, 99Bottles et nous), à un sympatique petit restaurant sur la plage. Nous dégustons un plat typiquement martiniquais: du boulet "boucané". 



Journée mémorable passée tous ensemble !

..et n'oublions pas les quelques "happy hour" en bonne compagnie sur nos bateaux avec 99Bottles.

Ici vous pouvez voir Dave en compagnie de Maarten.


Simone, la douce conjointe du capitaine Maarten;)


Finalement, les filles qui jouent à des jeux de société à bord de Morning Haze en compagnie de Dirk (13 ans) , Noor (10 ans), Roel (13 ans) et Pieter (14 ans).


Nous passons quelques matins à aller marcher dans la petite ville de Ste-Anne. Cet endroit est coquet et très coloré. En plus, de bonnes baguettes et viennoiseries bien fraîches sont disponibles et nous en rapportons sur le voilier pour déjeuner.

Voici la superbe église de Ste-Anne qui possède des lustres saisissants. À toutes les églises que l'on croise, Dave ne peut s'empêcher d'y entrer et d'admirer les charmes de celles-ci. Elles sont aussi différentes les unes des autres, et ce d'une île à l'autre, mais elles demeurent toujours aussi acceuillantes.


Voici le kiosque de Nicole, une gentille Martiniquaise de naissance, qui fait goûter à tous ses boissons artisanales (qui sont très bonnes!) au marché local. Les noms des boissons sont plutôt surprenants et il est impossible de connaître le pourcentage d'alcool qu'elles contiennent...;). Nous en profiterons aussi pour manger quelques accras de morue...délicieux!


Après quelques jours et toujours en attentes de nos pièces pour le guindeau,  nous décidons de voir un peu plus de la Martinique et quittons donc le mouillage de Sainte-Anne pour Grande Anse D'Arlet. Nous quittons seuls car 99Bottles a encore des réparations à effectuer sur leur générateur, Ercolausa travaillent et Avatar eux quitte pour St-Martin.


Voici le Rocher Diamand à la pointe sud ouest de la Martinique. À l'époque, ce rocher très haut et escarpé avait été utilisé par Napoléon comme forteresse. En fait, ce dernier avait fait grimper des canons tout au haut du cap pour attaquer l'ennemi. Napoléon nomma le rocher comme un voilier soit le HMS Diamond Rock. Impressionnant!


Nous prenons finalement une bouée d'amarrage ( qui sont gratuites) dans la Grande Anse d'Arlet.

Grande Anse D'Arlet, c'est une petite baie "moins touristique", où l'on se sent un peu à l'écart de la course de la ville et où on se sent toujours bien.

Quel bon temps passé, au coucher du soleil, à me bercer dans le hamac...


 Ici l'eau est limpide, quelques poissons colorés, des coraux encore vivants, éclatants de couleurs, glass eye snapper et quelques langoustes. ;)





Nous avons aussi fait une petite escapade en dinghy à Petite Anse D'Arlet. Ce petit village, un peu plus touristique est tout de même charmant. Ici aussi l'église est très belle. On y retrouve des lustres similaires à ceux de l'église de Ste-Anne.



Notre dernière soirée à Grande Anse d'Arlet, avec son coucher de soleil avec en arrière plan le cinq mâts "Star Clipper".



Après trois jours passé ici, nous décidons d'aller s'ancrer à Fort-de-France, la capitale de la Martinique.

Voici au matin de notre départ le mouillage de Grande Anse d'Arlet.


Une fois ancré dans la baie de Fort-de-France, nous débarquons pour aller faire notre "provisonning", de l'internet pour le travail de Dave et marcher un peu la ville. 




De retour en après-midi, nous n'en pouvons plus d'être coincés entre les voiliers sans pouvoir se baigner par cette chaleur. 


Nous décidons de quitter pour terminer notre journée dans une baie plus sereine "à notre façon" et profiter de la baignade pour se rafraîchir un peu. Nous nous rendons dans la baie des Trois-Îlets. Rendus sur place nous nous ancrons malheureusement directement dans la trajectoire du "ferry" et devons nous déplacer. Ce "ferry" circule aller-retour aux demi-heure. Nous tentons de s'ancrer à nouveau un peu plus loin, mais l'ancre ne tient pas bien au fond puisqu'il y a beaucoup d'herbage. 

Nous allons donc vers une autre baie. Notre choix s'arrête sur l'Anse Mitan puisque la nuit approche et nous devons nous ancrer avant la nuit. Encore une fois, nous ne sommes pas satisfaits de cet ancrage. Des récifs font surface à moins de 125 mêtres en arrière de nous. Nous n'avons plus le temps de trouver un meilleur endroit. Notre ancre est bien enfoncée et la nuit sera calme. Nous ferons quand même quelques tours dans le cockpit durant la nuit pour s'assurer que nous ne "chassons" pas sur notre ancre.

Vers 0700 du matin, Dave et moi partons en dinghy pour marcher dans le village de l'Anse Mitan. Les bâtiments et les rues sont un peu laissés à eux-même, sans entretien. Les fleurs cependant, rehaussent l'image de cette petite ville autrefois touristique et achalandée.


Du haut d'une petite colline, je prends cette vue de la baie avec Morning Haze ancré et la capitale de Fort-de-France en arrière plan.


À notre retour au bateau, nous levons l'ancre pour redescendre vers Ste-Anne. Nous devrions recevoir nos pièces pour réparer notre guideau en fin de journée. 

Nous nous ancrons dans la baie de Ste-Anne en début d'après-midi.
Au même moment, une course de yoles passe au fond de la baie avec son beau spectacle de couleurs.


En après-midi, les pièces sont arrivées et nous les récupérons sur le voilier Ercolausa. 
Demain matin, nous rencontreront Clément, qui nous aidera pour démonter et remonter le guideau à 0900.

Ce soir, pour la première fois, nous observons le "green flash" à l'horizon. Il n'y a presque pas de nuages pour une fois. Lorsque le ciel est clair au coucher du soleil, nous pouvons l'apercevoir. Il ne dure qu'une fraction de seconde lorsque que le soleil s'éteint sur l'eau. 
J'ai tenté de le photographier, sans regarder dans le viseur, tout en l'observant de mes propres yeux... Je ne voulais rien manquer de ce spectacle tant attendu. La photo n'est pas très bien centré mais sur cette deuxième photo, vous pouvez voir légèrement ce "green flash" en haut à gauche de la photo. Désolé de ne pas avoir pu centrer mieux la photo....



Le lendemain,.... Le jour de vérité. 


Nous travaillons pendant 6 heures avec Clément pour démonter le guideau et réaliser que l'on doit changer la base de ce dernier car un roulement à biles est coincée à l'intérieur. À force de tenter de le libérer, la base est maintenant trop abîmée. Nous devons nous rendre à l'évidence que nous resterons encore plus longtemps en Martinique. Nous devons commander la pièces en Angleterre et nous espérons qu'elle sera livrée ici dans une semaine...nous sommes très décus!

Nous n'avons plus assez de temps pour aller vers les Grenadines et les Tobaco Cay's. 
Nous devons faire notre deuil de la visite de ce supposé paradis...nous sommes coincé en Martinique!

Ça sonnera drôle pour vous à la maison mais finalement on se dit à maintes reprises que notre situation pourrait être pire.... Voire, être à -30 celcius. 

Cette semaine, nous tirerons avantage de notre "sédentarité" pour avancer rapidement dans les travaux d'école des filles et Dave avec son projet de recherche. Nous travaillerons à plein temps et faire ainsi deux semaines de travail en une!

Ce soir, nous restons à la boué d'amarrage de Clément car nous ne pouvons nous ancrer puisque nous n'avons plus de guindeau. Clément nous l'a prêté pour la nuit.

Le soir, nous en profitons pour se cuisiner un repas tout en fraîcheur, jouer aux cartes et déguster de petits muffins préparés par Demi et Rebecca. 







Au bout de 2 jours, les voiliers Khujada2, Mathilda et Rosea arrivent en Martinique, de retour du des îles du sud...;) ils ont tous très aimé...beaucoup de partys apparemment!

Un soir, Barry du voilier Mathilda nous invite à un Happy Hour sur son voilier. Nous passons une agréable soirée avec Sophy sa conjointe, Simon du voilier Interlude 1 et Albane et Julian du voilier Khujada2. Barry est un photographe professionnel spécialisé au niveau "animalier" et nous montre une bonne partie de la soirée, des montages vidéos et des photos qu'il a fait. Il a fait plusieurs fois la couverture du National Geographic, New York Times et moult magasines d'envergure. Bref, il réussit très bien comme photographe avec un beau voilier de 50 pieds tout neuf! ;-)

À notre grande surprise et après seulement 3 jours d'attente, la base du guideau arrive en Martinique.
Quelle heureuse surprise! Une avance de 3 jours!!! Nous nous empressons de contacter Clément pour finaliser le montage du guideau avant la fin de semaine. Une journée de travail plus tard, et le guideau est comme un neuf! Tout a été réusiné et une grande partie des pièces sont neuves. 
Nous avons maintenant retrouvé notre liberté!

Nous quitterons enfin la marina aujourd'hui et retournerons au mouillage pour la nuit. Nous sommes prêts à remonter vers le nord en passant par la ville de St-Pierre, question de couper notre voyage en deux. Ensuite nous remonterons vers la prochaine île: La Dominique!
Enregistrer un commentaire